QU’EST-CE QUE
L’OSTÉOPATHIE ?

L’ostéopathie est une médecine manuelle reposant sur cinq principes établis par Andrew Taylor Still, son fondateur :

  • La structure et la fonction sont liées : chaque structure du corps a une fonction, chaque fonction entretient une structure et la structure gouverne la fonction. Par exemple : l’œil est une structure et sa fonction est la vision. Mais la forme de l’œil permet sa fonction.
  • L’homéostasie a un rôle important dans la guérison du corps après une séance : il possède une capacité à s’auto régler et à s’auto guérir.
  • Le corps est une unité qui ne peut pas être divisée.
  • La vascularisation est l’élément le plus important
  • Il faut considérer le patient et non la maladie.

C’est une méthode thérapeutique préventive et curative. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de faire une visite de contrôle annuelle afin d’éviter que le mal-être s’installe et que des compensations se créent. Les compensations sont les conséquences des dysfonctions ostéopathiques. En effet, ce sont des adaptations gestuelles et posturales qui permettent, dans un premier temps, de diminuer la douleur. A long terme, le corps s’organise autour de cette compensation et peut créer des maladies. Le but de l’ostéopathe est de rechercher les dysfonctions et de les enlever grâce à plusieurs techniques, en fonction du besoin et de la réaction de l’animal. La dysfonction se définit par une restriction de mobilité ou une perte de mobilité tissulaire dans les paramètres physiologiques de mouvement au niveau d’un élément anatomique : l’ostéopathe teste la qualité du mouvement.

ET POUR LES

ANIMAUX ?

L’ostéopathie animale suit le même principe que celle appliquée pour les humains. Que ce soit pour un animal de compétition ou pour celui de compagnie, l’ostéopathie améliore les performances sportives et la récupération ainsi que le bien-être général de l’animal. L’ostéopathe animalier corrige les dysfonctions ostéopathiques grâce à plusieurs techniques. Elles sont choisies en fonction de la réaction de l’animal, de la dysfonction elle-même, de l’âge de l’animal et des pathologies. Pour un animal de compétition, il est conseillé de faire une visite avant le début des compétitions et en fin de saison. Pour un sénior, un suivi plus régulier est conseillé afin d’éviter que l’animal crée des compensations dues à la vieillesse de ses articulations et/ou d’autres pathologies qu’il a. L’ostéopathie permet d’améliorer son confort.

POURQUOI FAIRE APPEL À

L’OSTÉOPATHIE ANIMALE ?

  • Boiterie
  • Arthrose
  • Changement de comportement
  • Difficulté à se déplacer et à engager les membres
  • Difficulté au travail du cheval (incurvation, souplesse, changement de pied…)
  • Suivi sportif
  • Post-opératoire
  • Préventif

MA FAÇON DE
TRAVAILLER

Les techniques dites fonctionnelles permettent de corriger dans la douceur. Ce sont des techniques indirectes, elles se font dans le sens de la lésion afin de « négocier » la tension des tissus. Le but est de contourner les réactions néfastes et permet au corps de supprimer les messages proprioceptifs erronés et les tensions.

Les fascias sont une sorte de toile de fond du corps et permettent de relier les différents systèmes les uns aux autres. Une tension dans les fascias crée un point fixateur qui perturbe la mobilité. Le principe de traitement repose sur l’accompagnement des tissus par le praticien. Les techniques crâniennes servent à améliorer le système crânio-sacral.

Les os du crâne possèdent une infime mobilité qui est due aux tensions des membranes qui sont attachées à l’intérieur et à l’extérieur du crâne. Une limitation de ces mouvements peut avoir une répercussion sur l’ensemble du corps par des points de contact tout au long de la colonne. C’est pour cette raison qu’équilibrer ce système est important.

Les techniques structurelles servent à lever les barrières qui empêchent le corps de trouver lui-même toutes les positions et fonctionnalités dont il aurait besoin. Ce sont des techniques directes qui, par leur spécificité et leur rapidité, provoque un réflexe qui permet de récupérer la mobilité. Ce sont principalement ces 4 techniques que j’utilise lors de mes séances.

LE STRETCHING

Diplômée également en stretching canin et équin, je vous propose des séances exclusivement de stretching. Ce sont des techniques corporelles qui permettent d’améliorer la souplesse, de préparer le corps à une activité physique ou pour une meilleure récupération. La différence entre ces trois applications réside dans le temps d’exécution et le nombre de répétitions du mouvement. Le stretching d’échauffement permet de faire monter la température et de mobiliser les articulations.

Il doit être réalisé avant un entraînement ou une compétition. Celui de récupération favorise une vascularisation sanguine et un retour veineux. Il permet également d’éliminer plus rapidement les déchets métaboliques liés à l’activité sportive. L’assouplissement permet un gain d’amplitude articulaire et est très utile en cas d’arthrose. En effet, les muscles localisés autour de l’articulation atteinte d’arthrose sont souvent courbaturés et raides. Un travail d’assouplissement permet de décontracter ces muscles et ainsi gagner de l’amplitude.